Découvrez la Barkley – La course la plus dure du monde !

Parfois le soir, je regarde des vidéos de plongée avec les requins aux îles Coco au large du Costa Rica, parfois je regarde aussi des vidéos de sports extrêmes, j’adore, et si vous ne connaissez pas allez voir ce plongeur colombien  qui fait des sauts à 30m un peu partout dans le monde, c’est juste surréaliste . Tout ça pour dire que lorsqu’on m’a parlé de La Barkley, « la course la plus dure du monde » j’ai tout se suite été fascinée.
La Barkley se déroule une fois par an, début avril dans le parc d’État de Frozen Head, au fin fond du Tennessee et tout dans cette course frôle le délire, voire la folie furieuse…
Le créateur de cette course s’appelle Gary « Lazarus Lake » Cantrell, il aime raconter qu’il a eu l’idée en regardant en direct à la télévision l’arrestation du fugitif James Earl Ray (l’assassin de Martin Luther King) qui après 55h de cavale fut retrouvé à seulement 8 miles de la prison. Devant cette piètre performance, Cantrell aurait dit à ses amis, hilare : « en 55h, J’aurais couru au moins 100 miles ». 9 ans plus tard partait la première course, dans la même forêt.
Alors pourquoi cette course est si dure me demanderez–vous ? Eh bien d’abord elle fait 100 miles (160km), avec 18 000m de dénivelés ! Un enfer ! Le parcours change chaque année mais l’idée est de parcourir 5 boucles en moins de 60h (avec un temps max par tour). A la clef, point de titre de gloire, de médaille ou d’argent, juste le prestige de pouvoir dire «j’ai fait la Barkley » et sur les 40 participants chaque année, quasi personne ne réussit.
En plus de la distance à parcourir, il n’y a pas comme pour les autres courses de check point avec station de premier soin, balise etc, vous êtes seul au monde, avec une montre Casio et une boussole.
Une autre chose difficile dans cette course, le paysage, lugubre à souhait : forêt, prison désaffectée, tunnel, auxquels s’ajoute une météo extrêmement changeante passant de la pluie glaciale à la chaleur étouffante. Pour corser un peu les choses, certaines boucles se font à l’envers histoire de bien déconcerter les participants.
Pour s’inscrire à cette course, c’est assez simple, vous devez envoyer votre lettre de motivation par mail à Laz. Si vous êtes pris, il vous envoie une lettre de condoléances puis vous donne rendez-vous un certain jour avant que l’horaire de départ ne tombe par surprise entre minuit et 11h du matin, (horaire choisi par Laz qui sonne le départ à la corne puis allume une cigarette !).
Comment prouver que vous avez terminé vos 5 boucles ?
Avec un ingénieux système, chaque check point est matérialisé par un bouquin caché, si vous l’atteignez vous déchirez la page correspondant au numéro de votre Dossard et vous repartez. Il y a 12 pages à récupérer par boucle, comptabilisées par Lazarus himself à la fin de chaque tour. On dit de cette course qu’elle est la limite de ce qu’un être humain peut endurer et pourtant des centaines de personnes postulent chaque année faisant de Laz une icône chez les coureurs. Sachez également que contrairement aux ultras trails ou autres marathons qui coûtent une fortune en frais d’inscription cette course coûte $1.60 et le simple fait d’être sélectionné est une victoire en soi. Depuis sa création en 1986, seuls 15 coureurs ont fini la course dans le temps imparti et un seul a réussi cet exploit deux fois !
Si vous voulez tout savoir, regardez ce reportage diffusé sur canal+!

Un jour un américain m’a dit que j’étais définitivement plus américaine que lui. Sur le coup j’ai souri, maintenant que j’y pense je crois qu’il avait raison. Je ne regarde quasiment que des films américains, je m’abreuve de séries américaines, j’ai un t-shirt I love NYC et un mug par état américain, je regretterai toute ma vie de ne pas avoir été à un bal de promo, je parle moitié anglais moitié français quand je reviens d’un voyage, je comprends le rêve américain même si parfois je le condamne. J’aime les US, j’en ai fait mon métier, je leur dédie ce blog.

Be first to comment