Pourquoi il faut absolument lire My Absolute Darling

Première œuvre d’un jeune trentenaire californien, My Absolute Darling est de ces grands romans qui vous marquent comme jamais. Intriguée par ce livre que je voyais trôner en tête de gondole à la fnac, plutôt sceptique après avoir été souvent déçue par ces premiers best-sellers ( la fille du train pour n’en citer qu’un), j’ai finalement décidé de tenter ma chance. Et ce que je peux vous dire, c’est que je n’ai pas lâché le livre de la journée, avant d’en lire la dernière ligne à 3h15 du matin. Depuis j’y pense, y repense et  ressors mes vieux scenarios des tiroirs en me disant que moi aussi j’ai envie d’écrire quelque chose.

Il aura fallu 8 ans à Gabriel Tallent pour écrire son roman, 8 ans c’est énorme quand on y pense.

Si j’ai tellement aimé ce bouquin, c’est avant tout pour son décor, Mendocino, au nord de la Californie, bien moins populaire que les autres villes de la fameuse Route One qui serpente au sud de San Francisco. Si la Californie est extrêmement populaire, il est en effet bien rare de s’aventurer au nord de cet état, bien plus sauvage où les forêts primaires jouxtent les falaises déchiquetées, où l’océan déchaîné borde des villes et des villages hippies.

Je suis aussi éperdument fan de Turtle, une héroïne de 14 ans courageuse et touchante comme on n’en avait plus vu depuis cette chère Lisbeth dans Millenium de Stieg Larsson.

Enfin, même si le thème est très dur, on parle quand même d’une gamine vivant en huis-clos, voire carrément en couple avec son père, la noirceur laisse toujours la place à l’espoir. Au début du livre j’ai beaucoup pensé à un autre roman qui m’avait profondément marquée, Sukkwan Island de David Vann, un autre huis-clos, entre un père et son fils cette fois, dans les forêts impénétrables d’Alaska.

Pour finir,  je dirais que le scénario de ce bouquin est aussi extrêmement original et ne tombe dans aucune facilité. Que c’est agréable de s’attendre à tous les rebondissements classiques et n’en avoir absolument aucun. Jusqu’à la fin, Gabriel évite les lieux communs, les relations d’adolescents déjà mille fois répétées. Il n’y a rien de déjà vu dans ce livre. Alors certes c’est très dur par moment mais Gabriel Tallent a réussi ce tour de force d’émouvoir aux larmes dans un contexte horrible.

Il parait qu’il écrit un autre bouquin en ce moment, une grande aventure qui se passe cette fois en Utah et, rien que de savoir ça, j’ai le sourire aux lèvres.

My Absolute Darling, de Gabriel Tallent, en vente partout.

 

Un jour un américain m’a dit que j’étais définitivement plus américaine que lui. Sur le coup j’ai souri, maintenant que j’y pense je crois qu’il avait raison. Je ne regarde quasiment que des films américains, je m’abreuve de séries américaines, j’ai un t-shirt I love NYC et un mug par état américain, je regretterai toute ma vie de ne pas avoir été à un bal de promo, je parle moitié anglais moitié français quand je reviens d’un voyage, je comprends le rêve américain même si parfois je le condamne. J’aime les US, j’en ai fait mon métier, je leur dédie ce blog.

Be first to comment